collections

XVIe


Retable de saint Blaise (premier volet), huile sur bois, 95 x 80 cm, début XVIe. Copyright : musée Denon, Philip Bernard
Retable de saint Blaise (deuxième volet), huile sur bois, 95 x 80 cm, début XVIe. Copyright : musée Denon, Philip Bernard
Retable de saint Blaise (troisième volet), huile sur bois, 95 x 80 cm, début XVIe. Copyright: muse Denon, Philip Bernard
Retable de saint Blaise (quatrième volet), huile sur bois, 95 x 80 cm, début XVIe. Copyright : musée Denon, Philip Bernard
Georges MILLOT, Naissance de saint Jean-Baptiste, huile sur bois, 77 x 194 cm, XVIe.
Anonyme, Le Christ mis au tombeau, huile sur toile, 99 x 63 cm, fin XVIe. Copyright : musée Denon, Philip Bernard

La peinture au XVIe siècle se développe autour des grands centres urbains d’Italie, des Pays-Bas ou d’Allemagne, et à moindre échelle de France, ce qui rend difficile la reconstitution d’ensembles régionaux cohérents. D’inspiration religieuse, la majorité des œuvres reste anonyme, le nom de la plupart des artistes n’étant que rarement conservé par la tradition locale.

Le retable de saint Blaise, daté du début du XVIe siècle et retrouvé en 1872 dans les combles d’une église à Demigny est sans doute la plus belle pièce conservée dans les collections : les huit scènes peintes sur l’intérieur des deux volets de bois, inspirées de la Légende Dorée, illustrent la vie et le martyr de l’évêque de Sébaste-en-Cappadoce, saint Blaise, qui après avoir été jeté en prison puis torturé, mourut décapité au IVème siècle, sous le règne de l’empereur romain Licinius.

Parmi les rares artistes identifiés on pourra citer la Naissance de Saint Jean Baptiste du peintre chalonnais Georges Millot datée de 1516