collections

XVIIe-XVIIIe


Luca GIORDANO [1632-1705], Le Retour de Perséphone, Entre 1660 et 1665, toile, peinture à l'huile, H. 174 cm ; l. 314 cm
Attribué à Leandro Da Ponte dit BASSANO, Vue de Venise, fin XVIe - début XVIIe siècle, huile sur toile, 144 x 235 cm, copyright : musée Denon, Philip Bernard
Bernardo STROZZI, La Vierge à la bouillie, XVIIe siècle, huile sur toile, 93 x 71 cm, copyright : musée Denon, Philip Bernard
Attribué à Giovanni BAGLIONE, La Mort de Cléopâtre, XVIIe siècle, huile sur toile, 96 x 72 cm, copyright : musée Denon, Philip Bernard
Giuseppe NUVOLONE, Loth et ses filles, XVIIe siècle, huile sur toile, 124 x 170 cm, copyright : musée Denon, Philip Bernard
Entourage de Daniel SEITER, La Charité romaine, XVIIe siècle, huile sur toile, 94 x 125 cm, copyright : musée Denon, Philip Bernard
Lambert Harmenz DOOMER, Le Charlatan, 1668, huile sur bois, 44 x 68 cm, copyright : musée Denon, Philip Bernard
Jan Adriaensz VAN STAVEREN, Sainte Famille disant le Bénédicité, XVIIe siècle, huile sur bois, 44 x 58 cm, copyright : musée Denon, Philip Bernard
Cornelis SAFTLEVEN, Scène de sorcellerie, XVIIe siècle, huile sur bois, 46 x 63 cm, copyright : musée Denon, Philip Bernard
Jan DAVIDSZ de HEEM [1606-1683], Nature morte avec ciboire, chope en grès, fruits et crabe, 1647, Huile sur bois
Hans BOLLONGIER [1600-1645], Vase de fleurs, 1640, Huile sur bois
Lucas AUGER, Vénus dans la forge de Vulcain, XVIIIe siècle, huile sur toile, 82 x 131 cm, copyright : musée Denon, Philip Bernard
Pierre-Henri DANLOUX, Le poète Delille, XVIIIe siècle, huile sur toile, 70 x 50 cm, copyright : musée Denon, Philip Bernard
Pierre JULIEN, Gladiateur mourant, 1778, modèle en plâtre, H : 61,5 cm. copyright : musée Denon, Philip Bernard
Anonyme, Mars et l’Amour, XVIIIe siècle, terre cuite, H : 66 cm.
Guillaume BOICHOT, Buste d’Hannibal, 1770-1773, terre cuite, H : 71,5 cm, copyright : musée Denon, Philip Bernard

Le musée possède une large collection de peintures et de sculptures couvrant le champ de la création artistique française, italienne, flamande et hollandaise du XVIIe et du XVIIIe siècle.

Écoles italiennes :

Les collections de peinture italienne rassemblent des œuvres baroques des XVII et XVIIIe siècles où dominent les écoles de Naples et de Venise. Outre des œuvres telles que la Vierge à la bouillie de Strozzi ou la Vue de Venise de Bassano, on trouve un bel exemple de l’École napolitaine peint par Luca Giordano: Le Retour de Perséphone, où l’artiste, dépassant le mythe, livre une véritable allégorie de la nature, réunissant autour de la déesse les quatre éléments : la mer, l’air, le feu et la terre.

Écoles hollandaises et flamandes :

Constituée à partir des années 1980 autour d’un noyau initial d’une vingtaine de tableaux, la collection de peintures flamandes et hollandaises du musée regroupe une cinquantaine de peintures dont la majorité date du XVIIe siècle. On y retrouve des sujets chers aux peintres du « siècle d’or » apportant un contre point à l’exubérance baroque italienne : paysages, natures mortes (Vase de fleurs de Bollongier, Nature morte avec ciboire de De Heem) et scène de genre, tels que Le Charlatan de Doomer, La Vieille fileuse au chat de Paulus de Bor, Le bénédicité de Staveren, Le repas d’Emmaüs de Sibilla, ou l’inquiétante Scène de sorcellerie dans une caverne de Cornélis Saftleven).

Écoles françaises :

Les plus belles factures des écoles françaises figurant dans les collections datent du XVIIIe siècle. On citera parmi celles-ci, Vénus dans la forge de Vulcain de Lucas Auger ou le poète Delille et sa femme, deux portraits inachevés d’Henri Pierre Danloux, portraitiste des émigrés en Angleterre durant l’époque révolutionnaire.

Sculptures :

Le musée conserve des modèles pour la statuaire publique, telles que le Gladiateur de Pierre Julien (modèle en plâtre du morceau de réception de l’artiste à l’Académie Royale des Peintures et Sculptures en 1779 dont le marbre se trouve au Louvre) et des œuvres importantes aussi bien esthétiquement qu’historiquement (Mars désarmé par l’amour, terre cuite anonyme du 18ème siècle, Faunesse et enfants de Clodion.).

Mais la figure dominante reste locale : Guillaume Boichot, sculpteur chalonnais né en 1735 et mort en 1814 qui réalisa entre autre les décors sculptés du Panthéon en 1792. Ses œuvres, bustes de Thésée et d’Hannibal, haut-reliefs représentant des Naïades, proviennent en partie du Château de Verdun-sur-le-Doubs dont l’artiste réalisa les décors entre 1770 et 1773.